FILLODS – KERGUELEN

RETOUR PAGE D’ACCUEIL FILLODS

Vue générale

Kerguelen – Photos diverses

Magasin général

Démolition de Fillods à Kerguelen – 64ème mission

Source : http://ker64.canalblog.com/archives/2014/04/09/29628624.html – Stef De Monac

« La plupart des plaques sont percées, les longerons sont rouillés jusqu’au cœur. Le toit ressemble à de la dentelle. Il est temps de faire quelque chose. C’est un des grands défis de la mission 64. Les Fillods qui ne servent plus doivent être détruites. Les déchets doivent être rapatriés. Une équipe est dédiée à ce travail. Ce travail consiste à meuler les attaches des plaques puis démonter une à une les plaques. Elles sont au nombre de sept entre chaque longeron : Deux cotés, inclinés, deux pentes pour le toit, deux plaques courbées reliant le côté à la pente du toit et enfin la dernière le chapeau tout en haut de l’édifice. Une fois les attaches meulées, c’est un vrai légo. Les Fillods se démontent aussi facilement qu’elles se montent. Il faudra encore couper les longerons. Ils serviront ensuite pour faire des fagots de tôles, entreposés au hall transit et qui attendront patiemment l’OP2. Ils seront enfin dégagés vers LA REUNION, destination finale. Une grosse semaine aura suffit à nos deux compagnons pour achever la première Fillod. Démontage, stockage des déchets, nettoyage, il ne reste plus que la dalle béton à l’emplacement de l’ancienne salle de sport. Les anciens passent devant et se rappellent les heures de musculation ou de vélo d’appartement passées dans cette salle. Pas de problème, la nouvelle salle de sport est bien plus belle et bien mieux équipée. C’est une autre époque qui commence. Demain on attaque la B6, certains se souviendront des travaux effectués dans ce bâtiment. On espère que la météo nous laissera encore une ou deux semaines de répit pour terminer ce chantier, puis ce sera à la nouvelle mission de continuer ce démantèlement. Il faudra plusieurs années pour tout nettoyer et clore définitivement le dossier Fillod. D’autres défis seront alors à relever, c’est sur. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *