le Pont aux quatre saisons *,


 automne

Il passe à Bozouls, où son action n’est pas cachée ! Le « trou », un canyon, avec une centaine de mètres d’érosion témoigne de la vivacité passée du Dourdou. En aval, il serpente, musarde pour longer Conques et rejoindre le Lot. Auparavant il offre de magnifiques rencontres. Et c’est une rencontre que nous vous proposons. Celle d’un pont. Un simple pont. Mais un beau pont !

Construit vers 1950, il utilise des pierres de Malakoff. Son constructeur n’est autre que l’entrepreneur qui acheta l’ouvrage maintenant disparu à la compagnie de Decazeville. On se souvient que cet achat a fait suite à la non volonté des élus de s’en porter propriétaire pour le franc symbolique en 1940. Un pont est donc devenu ici un autre pont, plus simple dans son parti, une seule arche pour traverser le Dourdou qui chemine vers son destin. A défaut de retrouver un jour Malakoff, voici donc un pont, un vrai, avec ses pierres.

Quatre saisons, automne, hiver, printemps, été. Nous irons retrouver au long d’une année, en images, cette curiosité qui concilie patrimoine industriel et beauté toute simple mais combien authentique !

Vous souhaitez savoir où notre pont passe son temps ?

Ecrivez-nous, nous vous donnerons la clé avec plaisir ! (jrudelle@ferrobase.fr)

* merci Madame M. pour cette découverte…

Automne

 

Les dernières mûres sont encore là, bien en place. L’ouvrage apparaît avec ses couleurs de grès rouge.

Et nous avons même mis du son : montez le niveau, vous entendrez le murmure du ruisseau,

seul bruit dans ce fond de vallée de nulle-part…




automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne
automne

murmure, 20 secondes de pause...

murmure




Hiver

Beau soleil d'hiver, mais température froide, 0° ; Et ici, au pont, le soleil ne se montrera pas de la journée. Le givre immobilise les feuilles, un boulevard  (à renard ? ) se remarque sur un parapet, et un chevreuil venu au ruiseau a laissé son empreinte. Le Dourdou est un peu plus tonique...

pont

pont
pont
pont
pont
pont
pont


Printemps....à venir




RETOUR
                   

Document made with KompoZer