RETOUR   page menu

Cartes et figures de notre terre, rêve ou réalité ?

            Existe-t-il une carte objective ?  Une carte représente-t-elle la réalité du terrain ou celle de son auteur ? Peut-on à priori faire confiance à une carte ? Se poser ces simples questions donne immédiatement la réponse.  Voici donc un essai d’analyse sur ce thème, en utilisant comme prétexte les chemins de fer miniers du causse. Comment ont-ils été représentés ? Pourquoi des lacunes, des absences ?

bbgbs

rue des mines, Mondalazac


atlas Lacaze Marcillac


<clic pour voir, soyez patient !


Un cadeau ! La belle carte de l'Atlas Lacaze en haute définition et dans son intégralité. 

Cette carte présente quatre ( ! ) voies ferrées sur le canton, dont trois minières...

Autre canton ? Contactez-nous.


carte
un APPEL !   La carte   80 RODEZ-NÎMES    ►ICI

► Deux pages spéciales du site présentent plus complètement

les cartes de l'Atlas cantonal Lacaze et Clergue et celles de l'Atlas paroissial du cardinal Bourret.

vignette atlas                atlas paroissial

        Parmi les très nombreuses sources historiques, les cartes  figurent en bonne place dans nos pages. Vous allez découvrir comment, de 1856 à 1913, les chemins de fer miniers du Causse Comtal, aérien ou non, ont été diversement représentés. Certaines cartes n’ont pas de prétention particulière et d’autres sont très fouillées, mais toutes présentent un intérêt. Les lacunes et oublis sont même parfaitement  « informatifs ». Nous n’avons pas repris ici quelques cartes présentées et analysées  dans les pages du site. C’est ainsi que la carte d’origine américaine faisant figurer dans les années 1950 la voie du Cruou disparue cinquante ans plus tôt ( ! )   n’est pas reprise, ainsi que des documents graphiques notariés. Il en est de même pour celle, fameuse pour nous, du manufacturier de pneumatiques de Clermont Ferrand ( ...) ainsi que celles de l’éditeur national, à découvrir ailleurs dans les pages. Notre préoccupation était de fouiller dans des vieux papiers, et la recherche s’avère fructueuse. Localement, c’est  dans les archives et richesses de la Société des Lettres Sciences et Arts de l’Aveyron (SLSAA) que la fouille fut en partie faite, avec le concours efficace de Pierre Lançon. Les ressources de l'ASPIBD à Decazeville sont évidemment mises à contribution. 

     La date de parution, si elle est connue, est indiquée, mais il y a des lacunes. Ces cartes de l’Aveyron, pour la plupart à vocation locale, sont soit uniques, une seule carte sur un thème, soit multiples, et plusieurs feuilles existent sur l’étendue du département. C’est ainsi que l’Atlas Cantonnal (avec deux n !) de MM. Lacaze et Clergue se compose de 42 feuilles. Le travail contemporain de B. Romain se développe pour sa part sur 23 feuilles. C’est sur ce travail que nous avons porté notre effort. Les cartes sont incomparablement plus « exactes » que celles de l’Atlas, pourtant plus connu. Il nous semble donc  juste de donner à ces documents la place qu’ils devraient occuper,  au sens de l’objectivité  et de « l’exactitude cartographique ».  Pour chacun de ces documents, vous trouverez l’indication précise de son identité ainsi que quelques remarques en liaison bien sûr avec les préoccupations du site, les chemins miniers du causse. La lecture préalable des chapitres 1, 2 et 3 semble nécessaire pour une bonne compréhension des documents, mais n'est pas absolument indispensable...   Si l’exactitude des satellites est séduisante, le contenu de ces ancêtres ne l’est pas moins, alors ouvrons l’atlas ! Précisons enfin que les images ne  donnent que des extraits de cartes,  extraits concernant les seuls  itinéraires de nos chemins miniers. Une carte de 1898 fait l'objet d'une analyse détaillée dans le chapitre 6 du site.

--------------------------------------------------------------------------------

    Cassini de Thury, carte à l'échelle du 1/86 400. Comment faire autrement que de ne pas  présenter d'abord cette carte ? Il s'agit ici, très précisément, de l'exemplaire dit Hauslab-Liechtenstein, Library of Congress, Rodez feuille 16. Le travail original des Cassini n'était pas coloré et celle-ci est donc une version colorisée de ce travail fameux. Il existe d'autres versions couleurs de cette même carte. La feuille est celle de Rodez, n° 16, levée entre 1766 et 1768, et publiée vers 1781. Aucune indication minière sur le Causse Comtal qui apparait comme un grand désert blanc, une très grande tache  blanche...On peut traverser le causse du nord au sud et d'est en ouest. Les sites de nos pages sont là : Marcillac, Solsac, Mondalazac, Les Espeyroux, Cadayrac, la Picardie...La déforestation du causse est bien avancée. 

 

QSCQsc

kjghjk

----------------------------------

hdjhdgj

        Cette - première -  carte date de 1856. A l'échelle du 1/150.000 elle est signée Cassanac. Ses objectifs affichés : carte routière et administrative. Sur la voie ferrée principale du Grand Central les embranchements vers Decazeville et Cransac ne sont pas réalisés. La voie minière de 66 vers Firmi n'est pas non plus figurée, alors que le projet est en cours de réalisation. A Marcillac, rien ne laisse deviner des activités minières. A  Rodez, la ligne se termine à la vieille gare, gare provisoire. 

----------------------------------

ddhj

    1873, carte de Lacaze, département de l'Aveyron au 1/300.000. C'est une deuxième version, la précédente  étant parue en 1861 avec l'Atlas.  L'embranchement de Decazeville est présent, ainsi que la voie minière de Firmy à Marcillac. La route 21 est la seule traversant le causse, à Cadayrac. La route du Cruou n'est pas réalisée. 

----------------------------------

vcncvn

Atlas Cantonnal (orthographe respectée de l'Atlas), 1861, Lacaze et Clergue, 42 feuilles au 1/50.000. Feuille n° 5 : Marcillac. La voie minière Marcillac Firmi est en place. Le dépôt de minerai de fer est indiqué. 

----------------------------------

vbsdfg

Atlas Cantonnal, (orthographe respectée de l'Atlas), 1861, Lacaze et Clergue, 42 feuilles au 1/50.000. Feuille n° 5 : Marcillac. Sur ce détail les mines de Solsac et le court et éphémère itinéraire ferré minier est représenté. C'est la seule carte qui le mentionne. 

----------------------------------

tyrtuy

Atlas Cantonnal, (orthographe respectée de l'Atlas), 1861, Lacaze et Clergue, 42 feuilles au 1/50.000. Feuille n° 5, Marcillac :  la voie de 110 ( du PO )  pour l'exploitation du minerai de Cadayrac. Le tracé est le tracé définitif du projet. 

----------------------------------

kgllk

Atlas Cantonnal, (orthographe respectée de l'Atlas), 1861, Lacaze et Clergue, 42 feuilles au 1/50.000. Feuille n° 5 : Marcillac.  Vue d'ensemble du causse Comtal : les sites miniers de Mondalazac, Espeyroux, Ferrals sont absents. Figurent ceux de Cadayrac et Solsac. Est-ce un oubli ?

----------------------------------

gqsgsdfg

Atlas Cantonnal, (orthographe respectée de l'Atlas), 1861, Lacaze et Clergue, 42 feuilles au 1/50.000. Feuille n° 7 : Aubin. Les hauts fourneaux  sont indiqués à Firmy ainsi que les voies de 66 et voies normales de Decazeville et Cransac.

----------------------------------

dsgdg

Atlas Cantonnal, (orthographe respectée de l'Atlas), 1861, Lacaze et Clergue, 42 feuilles au 1/50.000. Feuille n° 7 : Aubin. Le minerai de Cadayrac arrivait ici à la station.

----------------------------------

fqdgfqfsd

1862, carte de Lacaze, département de l'Aveyron au 1/300.000. Autre version de la carte du département de l'Aveyron. Une version  colorée sera publiée en 1873, et figure plus haut, n° 2. 


----------------------------------

hnghn

Aveyron physique et politique, sans date, sans échelle. Ribon et  Lescot, éditeurs. Au vu de la carte, on peut prendre son billet de Marcillac village à ....via Firmi et Decazeville : un vrai rêve cartographié ( celui de F. Cabrol )  et une approximation rare...mais la couleur est belle ! Quel a été l'accueil du PO si la compagnie a connu cette carte ?

----------------------------------

gsrtgh

Atlas des départements de France, sans échelle, sans date, Logerot éditeur. Salles est Comtaux et pas encore la Source. Le chemin  minier Marcillac Firmi figure. On notera l'orthographe Mondalasac et Marcilla.

----------------------------------

hhe

carte départementale au 1/200.000, sans date*, Robert imprimeur. la voie minière est figurée correctement, y compris les prolongements dans la vallée du Cruou, ici vers Muret, et de Firmi à Decazeville.

*La voie à l'est de Marcillac a été posée en 1893. 

----------------------------------

djhjdhgj

Boisse, carte au 1/400.000, du 6 janvier 1865. Il y a un risque de confusion pour le non initié  entre les deux voies, voie normale, d'Aubin à Rodez,  et voie minière, de Firmy à Marcillac. Mondalazac semble bien mal placé, confusion avec Cadayrac ?,  et la voie de 110 ne se distingue pas des autres par son écartement. La gare de Rodez est l'ancienne gare. La carte a une finalité géologique, et le tracé des infrastructures n'est peut-être pas de la main de Boisse...

----------------------------------

hgjghj

carte géologique, Echo des mines, 1895, P. Vaïsse, 1/200.000. Le périmètre des concessions du causse est figuré.

----------------------------------

fkfjk

carte du département de l'Aveyron, C. Belmon, J. Vacaresse éditeur Rodez, 1913, 1/280.000. Elle existe, et c'est son mérite. Le tracé de la voie minière de Marcillac au plateau par la vallée du Cruou est  bien discutable...De plus à cette date, le chemin aérien avait pris la suite...est-ce celui-ci qui est figuré ?  Mais alors que fait-il  à Mondalazac ?

----------------------------------

dgfh

    Simplement pour la beauté du graphisme, monsieur Romain avait un sens esthétique certain ! 

----------------------------------

glkkj

carte Romain, tableau d'assemblage des 23 feuilles, 1861, 1/200.000. On notera le chemin de fer de Decazeville, même si le terminus du minerai est alors Firmy...

----------------------------------

hlmjkm

carte Romain, tableau d'assemblage des 23 feuilles, 1861, 1/200.000. Détail du chemin de fer de Cadayrac. Salles est devenu la Source. Le dépôt de minerai de Marcillac est ici absent. Remarque : le dessin du chemin 45 est (très) curieux ! Il passera en réalité non à l'ouest mais en grande partie à l'est, à droite, de la voie ferrée. Voir la carte 67 pour une vision plus réaliste. Le tracé ne figure pas dans la carte 6 de l'Atlas cantonal Lacaze. Ce tracé est probablement un projet d'ouverture de ce chemin, non définitif à la date du dessin.

----------------------------------

tshydsth

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000. Feuille n° 6 Aubin, 1860. Feuille n°7 Espalion 1859. Feuille n° 11 Rodez 1860. Le raccord entre les feuilles Espalion et Rodez est difficile ! Mais l'intérêt est ici la voie à traction par chevaux, voie indiquée comme projetée sur la feuille Espalion. Le tracé est symbolique et  se termine  aux mines hautes de Cadayrac, projet non réalisé. Les méandres devaient faciliter le travail des chevaux ;  ces sinuosités seront gommées lors de l'installation de la voie ferrée. 

----------------------------------

hklhlk

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000. Feuille n° 11 Rodez 1860. La gare provisoire ne le sera plus. La gare définitive sera construite. 

----------------------------------

gff

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000.  Feuille n° 11 Rodez 1860, détail. 

----------------------------------

xnxbn

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000Feuille n°7 Espalion 1859, détail. On aura noté les  orthographes Montdalazac et Solsae...

----------------------------------

ghdfhdhg

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000Feuille n°7 Espalion 1859, détail. Figurent le dépôt de  minerai de fer et...le pont Malakoff. Décazeville a gagné un accent ! 

----------------------------------

fhdfgh

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000Feuille n°7 Espalion 1859. Le chemin de fer de Décazeville est très correctement en place, mais tous les tunnels ne sont pas indiqués. Seuls figurent les trois plus importants. 

----------------------------------

cncvbcn

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000Feuille n°7 Espalion 1859, détail. 

----------------------------------

klglkghkl

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000 : Le chemin de fer de l'Usine de Décazeville.

La fin du parcours est en carte 29.

----------------------------------

fghh

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000, détail. Le projet a été modifié et la voie n'est jamais parvenue à la route 21 à Cadayrac.

----------------------------------

ghjfghj

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000, détail très exact  du passage à St Christophe.

----------------------------------

bndfgsdg

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000. Feuille n° 6 Aubin, 1860. Les hauts fourneaux de Firmy  sont mis en valeur, détail carte suivante.


yuiyiu

----------------------------------

klgkl

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000. Feuille n° 6 Aubin, 1860, détail

----------------------------------

hjhgjf

carte Romain, dessin par L. Arribat, 1/50.000. Feuille n° 6 Aubin, 1860, détail. Le laminoir est figuré, celui des Barlow ! 

----------------------------------

sdfsdf

ghgfh

La carte de la paroisse de Cadayrac, 1878, sans auteur, sans échelle, ensemble et détail.  La voie de 110  est en service, jusqu'en 1882...Elle n'ira jamais aux mines du haut. 

----------------------------------

bsgdb

La plus récente de nos " vieilles " cartes : Maryse Angelier, La Vie du rail, 2002, La France ferroviaire en cartes postales, Aquitaine, Midi-Pyrénées, extrait.  Sur cette cartographie, le souvenir de la ligne minière  Decazeville Firmi Marcillac n'est ( heureusement ) pas  absent. La gare de Marcillac qui figure en illustration dans l'ouvrage est celle... du chemin aérien,  et non celle du réseau du PO indiquée sur la carte. La voie d'intérêt local Decazeville Marcillac nous fait rêver... car jamais  utilisée comme telle par et  pour les voyageurs.

----------------------------------

gsgh

Chocolat Aiguebelle, fin 19ème siècle, sans date, sans échelle. Aucun chemin minier, dommage ! 

----------------------------------


midi-1920

Réseau du Midi , 1/1.000.000,  vers 1920 ? Le réseau Midi est en noir, celui du PO en rouge. C'est une carte exclusivement ferroviaire. On retrouve avec plaisir la voie normale Viviez Decazeville, puis la voie étroite minière vers Marcillac. Mais que fait donc la voie Espalion Aurillac ? Ce fut un projet, mais seulement un projet !Le dessinateur du Midi est-il distrait ? ( origine, Forum Loco Revue )

----------------------------------

carte38

Touring club Italie-1922-( dans David Rumsey Map Collection ). 1/50.000. Le touriste italien de la Belle Epoque est vraiment heureux ! Il peut prendre un billet Decazeville-Les Espeyroux, si, si, c'est marqué sur la carte !

----------------------------------



carte39

1/1.000.000-1922- Institut Geography Edimburgh (David Rumsey Map Collection)-Marcillac est une étoile ferroviaire  : pas moins de quatre lignes convergent, toutes à voies normales...et l'une d'entre elles se perd un peu dans la nature...

----------------------------------

carte40

(David Rumsey Map Collection)-1/500.000-1875-Stieler. Tout n'y est pas, et le duc a même perdu une lettre !
----------------------------------

carte

1/1.000.000-1925-Institut cartographique de Paris. Cette carte montre les réseaux de chemin de fer du Midi en rouge, et du PO en noir. La voie minière de Decazeville-Marcillac figure. Figure aussi , mentionnée en construction avec un graphisme spécial, la voie d'Espalion, Estaing, Entraygues...Montsalvy, Aurillac. En construction ? En 2012, on attend encore le premier coup de pelle....Un dessinateur distrait...
----------------------------------
carte 1871
1/3.000.000-1871-Nouvelle carte de la France, Clappié, Lyon. En noir gras sont indiquées les voies ferrées : l'embranchement de Rodez au Lot à Capdenac est bien repérable. Deux embranchements sur cette ligne à voie normale du PO : celui de Decazeville depuis Viviez, en venant du Lot, puis probablement celui de Cransac. Entre celui-ci et Rodez, la voie étroite de la mine de Cadayrac, pourtant propriété du PO, n'est pas dessinée. De Rodez à Espalion, ou Millau, il s'agit d'une route. La voie ferrée est terminus Rodez. Ce n'est qu'en 1882 que le Midi (Rodez est à la fois PO et Midi) va ouvrir la ligne vers Séverac le Château ; elle ne figure donc pas sur la carte, un bon point.  Mais que fait donc Carmaux à cette place et en Aveyron ? Le bon point est retiré...
----------------------------------

1827
Nouvelle carte de France comprenant toutes les routes.... Langlois, Paris, 1827. On peut comprendre la témérité des investisseurs en Aveyron et leur foi dans l'avenir des forges : de Rhodez au Lot, pas de routes, grande ou non,  ni même de traverses indiquées. La rivière Lot, et ses méandres, sera le seul moyen de communication avec Bordeaux...
----------------------------------


carte 1889

carte 1889 (haut partie Figeac) et Rodez (bas, 1889, révisée 1907). Le Manoir de Lagarde vient d'être construit, indiqué Chau. Dans le virage en S, des constructions aujourd'hui disparues (logements de mineurs ?). Sur le carreau de la mine, petit bâtiment (la gare) et un autre...(sous le mot Garde). La mine de fer est qualifiée, à juste titre, d'ancienne.

----------------------------------


carte 1914

carte 1914 - Service Géographique de l'Armée, Carte Cantonale de la France. 1/1.250.000, extrait (Gallica)
Avec une exactitude toute militaire, les voies normales en gras, et étroite en +++++++. La ligne minière, bien que privée et non ouverte au public figure avec un tracé exact de Decazeville à Marcillac.
----------------------------------
carte

Carte sans date, 1/25.000- extrait. Plan des concessions des usines de Decazeville et d'Aubin. ASPIBD, 2013
Si le tracé des limites de concessions semble parfait, il n'en est pas de même de certains éléments , comme routes, ou ce tracé de la voie de 110 de Cadayrac. Les contours à la Station de Salles la Source sont assez figuratifs, ainsi qu'à l'autre extrémité pour l'arrivée à la mine. Mais ce tracé est présent ! Un intérêt particulier réside dans l'implantation d'un sondage dit d'Aubin, à peu près à mi parcours, réalisé à proximité du théâtre antique...
► clic sur l'image pour avoir la carte intégrale des concessions du causse
----------------------------------

carte 1887
Compagnie du Midi, 1887, 1/500.000 (extrait, Gallica). Rodez sépare le réseau Paris Orléans, en noir, de celui du Midi, en couleurs. On notera les ajouts industriels : H pour Houille, P pour plomb et le dessin rond+centre+barre verticale pour les minières et mines de fer. Les concessions du Kaymar et du causse sont indiquées. La voie du PO va bien sûr jusqu'à Decazeville avec le triangle de liaison de Viviez. Sur la partie Midi, on note la houille au nord et Ouest de Rodez, à Biounac, à Aboul  et à Bertholène. Un projet, à cette époque, de ligne vers Espalion figure : la réalité (en 1908) sera très différente après Bozouls vers Espalion ! Le projet du Midi vers Carmaux, réalisé en 1902, est indiqué. Une certaine discrétion (??) pour mentionner les usines de Decazeville, 8620 habitants...
----------------------------------
carte 1914
France physique, politique et chemins de fer. 1/500.000, Blondel La Rougery, 1914, 64x67 cm. Une carte curieuse car muette ! Usage pédagogique probable ? Au lecteur de nommer les sites ! La voie ferrée minière de Decazeville à Marcillac est figurée.(extrait, Gallica)
----------------------------------
carte 1924
Carte des chemins de fer français, Service géographique de l'Armée, 1924, 1/250 000, 85x49 cm, 1924. Elle ressemble beaucoup à la précédente, mais elle cause ! On remarque que Salles a perdu sa source...La voie minière est bien en place, mais toujours pas celle de Cadayrac.(extrait, Gallica)
----------------------------------
carte 1879
Bordeaux tramway and omnibus company, par Maclure and Macdonald, London, 1879, 72x51 cm, (éch 0,008 pour 100 m). La compagnie de Decazeville possédait un terrain de 14451 m2 aux Queyries, où exactement ? Probablement à proximité de l'un des trois embranchements ferrés, pour le trafic du charbon et des fers. Suivez donc la locomotive du haut ou du bas...Ce terrain et les hangars seront mis à prix 80.000 f en 1866. Voir sur le site chapitre 3, de Marcillac à Firmy (extrait, Gallica). La carte suivante localise très exactement ce terrain.
----------------------------------
carte
Cette carte, rarissime, est une pépite : le terrain Decazeville est mentionné ! Le terrain semble avoir été ensuite acquis par l'Etat et sera terrain militaire pour les magasins de l'armée. Un clic sur la carte vous permet de mieux l'observer. (extrait, Gallica- Voir aussi archives Bordeaux Métropole, Bordeaux, XL A227, autre version, et localisation identique)
  autre vue de détail (clic pour agarndir)

Bordeaux bastide

Decazeville

(clic pour agarndir)
Plan itinéraire de la Ville de Toulouse, Delboy libraire, 1853 (extrait, Gallica). La compagnie des Houillères possédait un terrain, situé entre la rue Riquet et le canal du Midi, probablement dans la partie haute de la rue. Ce terrain fut vendu en 1866 à la première adjudication de la compagnie. Le terrain de Bordeaux sera vendu lors d'une autre adjudication.
----------------------------------
carte
Carte des chemins de fer en France, Andriveau-Goujon, 1858. La voie normale est en projet de Marcillac à Rodez ; pas de voie minière...mais, curieusement, les sites miniers sont reportés : bassin de Decazeville-Aubin,  Rodez  et Espalion (extrait, Gallica).
----------------------------------

carte


























1861, Panorama de la France, Monrocq, Paris,  sans échelle : ici, la voie normale s'arrête à St-Christophe, ce qui était en 1858 plus exact que la carte précédente, mais bien schématique et assez inexacte sur le tracé ! A  la date d'édition, 1861,  les pointillés vers Rodez ne sont plus d'actualité (extrait, Gallica).
----------------------------------

carte géologie
Carte géologique de la France, exécutée par MM. Dufrénoy et Elie de Beaumont, 1/500 000, 1840. M. Dufrénoy avait travaillé pour la compagnie du duc. La concession du causse est en place. Celle de Muret pour la compagnie d'Aubin ne peut figurer, puisque attribuée en 1853. On peut comparer ce travail avec celui de Boisse, voir chapitre 1, première partie. Les éléments géologiques principaux sont ici en place. On notera l'étendue réelle du bassin  houiller d'Aubin, qui ne se limite pas aux deux sites d'Aubin et de Decazeville...(consultable sur site Ecole des Mines ParisTech, fonds patrimonial, extrait)
----------------------------------

carte géologie
Carte précédente, complétée, version 1866. La concession de Muret est figurée, mais non la voie minière. Consultable sur un serveur de l'université d'Amsterdam en haute résolution : http://imagebase.ubvu.vu.nl/cdm/deepzoom/collection/krt/id/1823/show/1822
Fichier n°6
----------------------------------

carte

Projet d'un système de chemins de fer, par L.G.D.V., 1842, 1/251.000.000
Un projet signé (??) LGDV (D pour Demay, L pour Lentheric ??) : manifestement les ingénieurs ont en tête les ressources minières ; Alais, Decazeville, St-Etienne sont à la une par la typographie ! A cette époque, le réseau français se met en place, la loi fondatrice date de juin 1842. Le projet montre l'importance reconnue et accordée au bassin rouergat. (extrait Gallica)

----------------------------------

carte

La Haute-Loire et les chemins de fer, lettre au Conseil Général, Jh. Barrande, Preve imp, Paris, 1853. Auteur du projet du Grand Central, l'ingénieur propose ces deux cartes : à gauche situation en 1852, à droite projet du Grand Central. Les sites industriels sont reliés. Aubin et Decazeville ne sont pas oubliés. Le "vide central" est manifeste...Il ne sera comblé que 8 ans plus tard, avec un autre projet. Carte à comparer avec la précédente.

----------------------------------

carte

Cartes...approximatives, incomplètes ? Certaines cartes, à vocation "nationale", oublient complètement Decazeville, en 1846,1851 ou même en 1862...La commune est pourtant créée en 1833 et son importance économique connue ! Mais des cartes "locales" faisaient correctement figurer la cité, voir les n° 1,7 ou 17, ou la carte géologique "nationale" de 1840 (n°53). Il faudra attendre les années 1860 et suivantes (deux exemples * ci-dessus), pour ne plus trouver une telle lacune.  (cartes à découvrir sur Gallica BnF)

----------------------------------

carte


La France, Vuillemin, atlas Migeon, 1883, et ci-dessous version 1870. Sur la version 1883, Rodez connaît son orthographe actuelle, sans le h, et la voie ferrée vers Séverac est en place. Le projet vers Espalion est indiqué (il ne verra le jour que plus de 20 ans plus tard !). Pourquoi donc le dessinateur a-t-il supprimé la voie minière Decazeville Marcillac qui figurait bien sur la carte de 1870 ? Son tracé est assez d'ailleurs approximatif (voir vallée de l'Ady) et une confusion est possible avec la voie normale...La voie de Cadayrac est pour sa part totalement ignorée...Un détail amusant : Auzits figure deux fois sur la carte de 1870...

carte

----------------------------------

carte

Houillères de la Vieille-Montagne, 1/10.000, sd. plan 2037, (fonds cartes Viviez, ASPIBD). Nous sommes au terminus de la Route du Fer : la voie de Mondalazac, à gauche, passe à proximité de la voie normale et se termine au criblage (futur lavoir). Après recoupements avec des données de Levêque, le bleu (cyanotype ou diazo) peut être daté dans la fourchette 1892-1906 au vu des constructions présentes. Le pont le plus proche du terminus permettant le passage au dessus de la voie est toujours en place en 2015, près du bâtiment des soufflantes.

----------------------------------

carte

Société Commentry, ASPIBD, 1905, 1/5000. La comparaison de cette carte avec la précédente montre une différence : en 1905, la voie de 66 (dite de Mondalazac sur la carte 59) ne va pas (plus ?) directement au criblage. Un tunnel, depuis le bas de la rue Deseilligny la conduit vers la boucle. En traits pleins, les voies de la Compagnie d'Orléans, en haut de l'extrait. A gauche, en haut, un agrandissement de la voie de 66 vers les fours.

----------------------------------

geologie

Carte géologique du Rouergue et de la Montagne Noire, Jules Bergeron, 1/320.000, 1888, (Gallica, extrait).

Postérieure aux travaux de Boisse de 1870, voir chapitre 1, partie 1, cette carte ne fait pas figurer les voies minières. Les tracés des concessions sont également absents, mais l'objectif est différent du travail de Boisse. Le volume de texte de J. Bergeron figure dans la bibliographie (extrait) donnée dans le chapitre 5.

----------------------------------

carte

Philips'chamber of commerce atlas ; a graphic survey of the world's trade..., George Philip and Son (Londres), 1912, 1/6.200.000 (Gallica, extrait).

Cette carte est à finalité commerciale, élevage et cultures sont les ressources locales. Le triangle rouge marque la présence des usines. La voie minière des Houillères, indiquée, ne se distingue pas de de la voie ferrée "normale" Figeac Rodez par Aubin...

--------------------------------

rulhe


Concession de Rulhe, 1868, 1/100.000 (ci-dessus) et 1/20.000 ci-dessous, archives ASPIBD. Présentes dans le rapport de 1868 aux nouveaux actionnaires de Decazeville.

Ces deux cartes montrent (une vraie rareté ! ) l'embranchement vers le puits Ste-Geneviève. Sur la carte globale, aucune mention de la voie minière étroite vers Marcillac.


rulhe

--------------------------------


Giros Loucheur

Tramways électriques départementaux, MM. Giros et Loucheur, 1/200.000, sd, vers 1908, (Archives Départementales Aveyron). La carte du projet de réseau montre (1) le tramway premier réseau, (2) tramway second réseau, (3) la voie normale et (4) la voie minière étroite Decazeville Marcillac. La voie de Cadayrac est absente. L'histoire de ce réseau départemental, étudié mais non réalisé, est décrite chapitre 6.

--------------------------------

carte 1904

"Carte touriste de la France", feuille 11, Clermont-Ferrand, Erhard, 1904- 1/400.000. (Gallica, extrait) Seule la voie minière Commentry, active, figure. Dessinée avec soin : les passages en tunnel, difficiles à repérer, existent ! La voie se termine au Plateau, à Marcillac-d'Aveyron. Elle débute, très curieusement à Viviez  ? Tout aussi curieusement, St-Christophe est Valton (sic !)

----------------------------------

carte

in Mémoires Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome X, 1868. Rapport de fouilles archéologiques à Cadayrac, Abbé Cérès, 1865, p. 179-197. Carte 1/20.000, dessin par Arribat, agent-voyer. Le "petit chemin de fer de Cadayrac" (sic !) est à l'honneur, dans son intégralité. On notera que ses promoteurs n'avaient pas épargné le site du théâtre...

▲ Faites un clic sur l'image pour un affichage en haute résolution.

----------------------------------

cadastre 1835

 68                                        ▲Faites un clic sur l'image pour un affichage en bonne résolution.

Cadastre napoléonien, Decazeville, 1835. La commune vient d'être créée. Elle portera un (court) temps le nom de Decazes-ville. Cette carte, de 1835 est instructive : le développement est absolument extra-ordinaire ! En 1830 il n'y avait ici pratiquement rien, et surtout pas de constructions industrielles...En haut à gauche, la maison du Directeur et le parc.

----------------------------------

cadastre firmi

 69                                        ▲Faites un clic sur l'image pour un affichage en bonne résolution.

Cadastre napoléonien, Firmi. Tableau d'assemblage. Le cadastre a tenu à faire mention des activités industrielles. Sur cette feuille de Firmy, orthographe de l'époque, on va par un chemin ou une route à la Sale, mais pas encore à Decazeville... Les bassins sont déjà en place.

----------------------------------

cadstre firmi

70                                        ▲Faites un clic sur l'image pour un affichage en bonne résolution.

Cadastre napoléonien, Firmy. Ce détail permet de renouveler la remarque précédente : en 1828 pas grand chose, en 1835 un ensemble industriel presque achevé...Le minerai du causse alimentera ces hauts fourneaux. A proximité du repère 87 les firminois mettront en place au début du XX ème siècle le buste en bronze de François Cabrol. Le plan d'eau 91 est toujours présent en 2018.

----------------------------------

carte 71

71   La France en relief- Thury, cartographe, gravé par Lauffer, Dijon, 1857. (extrait, Gallica)

Thury est sûrement un grand cartographe, mais cette carte n'a pas les mêmes qualités : la voie ferrée contourne très largement Figeac par l'Est et l'embranchement sur Rodez, non encore réalisé il est vrai en 1857, fait de la figuration. Détail intéressant, le projet passe à Décazeville (sic), de quoi ravir François Cabrol. La position relative de Firmy et Decazeville est curieuse. La voie minière ne figure pas ; elle était réalisée à cette date.

----------------------------------


72 Carte des chemins de fer, Bureau des statistiques, 15 juillet 1857 (Gallica, extrait). Cette carte très officielle, du Ministère de l'Agriculture, au 1/2.000.000, présente ici  le réseau d'Orléans en bleu. Les chemins industriels sont portés en jaune. Et curieusement, celui de Decazeville est absent...Seuls les chemins à écartement "normal" étaient peut-être cartographiés ? Les tracés des projets en cours sont présents, par exemple vers Rodez. Elle souligne bien le caractère "approximatif" de la carte précédente 71.

carte 72

----------------------------------

73 Héliographie des chemins de fer, Motteroz, Paris, 1878 (extrait). La carte montre la situation des réseaux en 1878 : ici, l'Orléans en bleu, le Midi en noir et le PLM en rouge. Les lignes en construction ou en projet sont figurées en traits pointillés. On notera la position géographique très curieuse de Decazeville...Une carte peut donc être très approximative. Aucune voie ferrée aussi directe ne liait la cité minière au Cantal !

Motteroz

----------------------------------

74 Carte des chemins de fer-Service géographique de l'armée, 1898 (extrait Gallica)1/1.250.000- Carte identique à la carte n° 49, datée  1924.

carte

----------------------------------

75 Carte cantonale de la France, dépôt de la guerre, 1876, 1/1.600.000, (extrait Gallica). Carte identique à la carte n° 45, datée de 1914.

carte

----------------------------------

76 Carte 1804, (Archives départementales de l'Aveyron)

Cette carte est présentée par M. Passelac à l'appui de sa demande de création de haut fourneau à Muret-le-Château, au bas de la cascade de 24 mètres. Un clic sur l'image pour accéder à la page spéciale consacrée à sa présentation. La métallurgie rouergate est née ici !

Muret

----------------------------------

77 Carte de la navigation intérieure de la France, 1820, (Gallica, extrait)

Avec, semble-t-il, un certain optimisme, la navigation sur le Lot semble assurée ! La belle couleur bleue figure les "canaux achevés". Le signe graphique, une ancre, à Entraygues, désigne le "commencement de la navigation". Une dizaine d'années plus tard, la Compagnie des forges et houillères de l'Aveyron demandera toujours son amélioration...la navigation n'étant pas aussi assurée, malgré les dires de la carte... !

navigation

----------------------------------

78 L. Oustry et C. Moins : Notice historique et descriptive du chemin de fer de Montauban à Rodez, Cestan imprimeur, Villefranche-de-Rouergue, 1859

1859

Dans leur notice, les auteurs décrivent en 300 pages le trajet indiqué. Ils n'omettent pas de citer et décrire la ligne minière, bien visible depuis la voie dans la vallée de l'Ady après St-Christophe. Le viaduc Malakoff est nommé. Mais la carte ne fait pas figurer la voie minière, pourtant bien présente en 1859...On remarque également une (belle) coquille, l'inversion des villages de Mondalazac et Solsac...

L'embranchement de Decazeville est porté, ouvert depuis 1858. On connait l'idée de François Cabrol : prolonger vers Marcillac, le causse et Rodez, pour relier les usines et les mines, projet jamais abouti...Le Grand Central (puis Orléans) aura vaincu le maître de forges !

◄ clic pour agrandir






----------------------------------

thth

avec nos remerciements à tous les cartographes, dessinateurs et imprimeurs, artisans  du rêve...

----------------------------------

RETOUR   page menu

RETOUR   haut de page
                   

Document made with KompoZer